Les boules de geisha et leur effet surprenant sur la confiance en soi

Êtes-vous à la recherche d’une meilleure confiance en vous? Avez-vous pensé aux boules de Geisha comme outils de croissance personnelle? Moi non plus, mais finalement… Laissez-moi vous raconter…
…une histoire de boules.

orgasme

Si dans l’imaginaire collectif, les boules de geisha évoquent souvent le fantasme d’un sex toy provoquant des orgasmes incontrôlables au beau milieu de réunions professionnelles, leur origine semble remonter à des pratiques sacrées dans une Chine millénaire. Ces pierres semi-précieuses auraient alors été réservées aux dames de très haut rang afin d’entretenir la vigueur de leur organe et de nourrir une sexualité nourrie des préceptes du taoïsme. Aujourd’hui elles sont accessibles à un plus grand public, et il en existe pour tous les goûts, tous les budgets. En métal, en plastique, en bois, en verre, en chocolat, et aux fonctions diverses : électriques, remplies de billes, vibrantes, télécommandées, tournantes, intelligentes en fonction des mouvements, porte-clefs, OUI OUI…. Je n’ai pas trouvé l’option babyphone ou celle qui permet de fermer le garage à distance mais qui sait, peut-être bientôt?

Les effets reconnus des boules de Geisha

L’utilisation répétée de nos petites amies lors d’exercices renforcerait la tonicité des muscles périnéaux. Comme vous le savez certainement, elles font partie des moyens possibles dans la rééducation postpartum (après avoir eu un bébé). Un périnée renforcé, ça veut dire pouvoir contracter et décontracter son tchou-tchou à volonté, donc logiquement limiter le processus d’incontinence programmée, procurer des sensations accrues chez la femme et l’homme pendant l’acte sexuel, ou encore indirectement stimuler le clitoris et la lubrification. Par contre l’orgasme incontrôlable et à répétition, je reste dubitative. Maiiiiis dans la catégorie « impressionnant », certaines femmes font carrément de l’haltérophilie vaginale et arrivent à soulever des poids très…très lourds! J’aurais aimé savoir ça avant, ça m’aurait aidée pour quelques déménagements.

Kung-Fu-vaginal

Kim Amani – tranquillou

Mais alors, sans parler de révolution intérieure non plus, en quoi ont-elles contribué à renforcer ma confiance en moi?

Porter des boules de geisha pour moi ça a été:

  • M’offrir un moment d’attention. J’ai souvent constaté le temps, l’attention et l’énergie que je suis capable d’accorder aux autres. Lors de mon premier essai j’ai fait l’exercice de me considérer comme une personne extérieure, une personne qui valait la peine de lui accorder une vraie attention. L’expérience des boules a représenté un moment précieux d’attention à moi, étrange car nouveau, mais réconciliant. Même si j’ai la chance de vivre avec une personne qui me comble, je crois qu’il n’existe pas de meilleure personne que moi pour m’offrir le temps et l’attention dont j’ai besoin, essentiels lorsqu’on souhaite reconstruire son estime de soi.
  • Apprendre à mieux me connaître. Si vous utilisez des boules pour la première fois dans le but de vivre quelque chose de nouveau avec votre corps et d’observer ses réactions, vous ne pouvez pas être déçue. Au contraire, il est très intéressant d’observer dans mon corps où se situaient les crispations, ce qui est facile, là où le contact est agréable, quel environnement met à l’aise, ce que l’on peut ressentir de nouveau avec son sexe. Comme me l’a dit un jour une sexologue, la connaissance de son corps ouvre les portes du plaisir.
  • Devenir actrice de mon plaisir. J’ai longtemps considéré que la lourde tâche de me satisfaire sexuellement reposait sur les épaules (et pas que) de mon partenaire(un peu la loterie, des fois on gagne, souvent on perd) et d’une performance masculine me positionnant dans une passivité attentive (et d’une vision archaïque assez machiste finalement). Il m’a fallu attendre mes 30 ans pour découvrir que moi aussi j’avais un gland (la partie visible du clitoris), que mon clitoris était en fait énorme, que mon vagin était composé de plein de muscles, et que les solliciter durant les rapports pouvait considérablement augmenter mes sensations. Mon sexe peut être un acteur à part entière dans l’échange sexuel et je peux apprendre à l’utiliser pour me donner du plaisir et en donner.
  • Détrôner la tyrannie du plaisir. J’ai longtemps cru que je devais absolument prendre du plaisir pendant le sexe: pour ne pas décevoir mon partenaire, pour être aimée, pour être « normale ». Il suffit d’observer comment nous est présenté le sexe dans la plupart des films pour comprendre comment on peut arriver à considérer l’atteinte de l’orgasme comme la norme, et pire, comme facile! En cherchant la sensation, j’ai découvert qu’il pouvait y avoir un autre plaisir, celui de découvrir et d’accepter ses sensations ou son absence de sensations, ce que certains sexologues qualifient de « présence sexuelle » plutôt que de « performance sexuelle ». Le rapport au sexe peut être vécu comme quelque chose d’agréable sans qu’il y ait orgasme, cris et tremblements!

 

  • Découvrir un point d’ancrage corporel. Celle du  bassin. Si comme moi, vous avez des difficultés à vous exprimer, à trouver l’équilibre physique, à gérer votre anxiété, vous pourrez être surprise de l’effet ressenti en recentrant l’attention sur la présence musclée du périnée, et à quel point ce dernier semble être un point où se concentrent des tensions, des passivités, ou au contraire une solidité pouvant offrir un lâcher prise. Si vous êtes familière avec les chakras vous ferez facilement le lien avec le premier chakra (chakra racine) situé au niveau du périnée et considéré comme le siège de l’énergie, de la confiance et de la sécurité physique.
Vous voulez essayer? Voici deux recettes que vous ne trouverez pas sur Marmiton.
  • Tenir une boule au niveau de la vulve, la faire entrer, sortir, entrer, sortir, tout doucement, par de petites contractions-décontractions. Ne pas chercher à les faire entrer profondément, juste s’amuser à la faire entrer et sortir. Se focaliser non pas sur la recherche d’un plaisir, mais d’une observation des sensations et des réactions.
  • Exercice un peu plus profond. Laisser la boule pénétrer dans le vagin. Une fois celle-ci partie loin, à un endroit qu’on arrive même difficilement à localiser, s’entraîner à la faire sortir avec ses muscles uniquement avant d’y mettre des doigts. C’est ainsi que j’ai découvert plein de muscles, devant, derrière, dessous!!! Génial! Des muscles que je peux remobiliser pendant l’amour ou la masturbation et qui offrent plein de surprises. Au bout d’un moment si la boule reste, elle va se loger confortablement très loin, au milieu ou sur les côtés. C’est impressionnant et un peu effrayant, cela dit, pas de panique elle finira par ressortir, contrairement au rectum le vagin n’est pas un puits sans fond.
« Les boules de geisha sont coincées!!! » 
yves-marchesseau-alias-la-boule-dans-fort

La boule vous veut du bien.

Ne pas céder à la panique. Inutile de s’acharner quand avec son doigt, et à l’aide de mouvements improbables du périnée, la boule ne sort pas. J’ai lu des témoignages d’expulsions réussies post-panique: sauter en l’air, prendre une douche pour se relaxer, appeler un ami aux doigts magiques, attendre. Pour ma part, quand ça ne sort pas, j’abandonne, garde confiance et essaie un peu plus tard, en faisant un réel effort de recentrage, de relâchement mental, de relaxation par la respiration et s’il le faut je vais aider mes muscles avec un doigt lubrifié. Et pof, c’est magique, ça descend 🙂

Cet investissement est-il bien raisonnable?
ishavari
Boules quartz bleu, sur ishvari.com

Deux petites boules de Geisha, pour 20€, de taille moyenne (4cm), en pierre de quartz bleu (pour la confiance en soi), et sans cordon (soyons folles).  Si en plus d’être esthétiques, elles aident à muscler le périnée, limiter les soucis d’incontinence, susciter la curiosité de nos amoureux, renforcer la libido, offrir de nouvelles sources de plaisir, c’est tout bénéf. 

Dans le pire des cas, on dira rien et ça fera déco dans le salon, ou on s’en servira de cochonnet sous les pins cet été.

Reconstruire son estime de soi est une bataille de longue haleine, et l’amour que l’on porte à son corps et à son sexe a un rôle considérable dans l’amour de soi. En prenant soin de son plaisir on apprend à s’apporter de la considération et de la valeur. En libérant l’énergie bloquée à cet endroit du corps, on apprend à s’ancrer solidement dans le présent, à avoir prise sur son environnement. En apprenant à connaître son corps, à le respecter, à jouer avec sans exigence ni tabou, on apprend à se respecter et à s’accepter.

Et vous, vous avez essayé?

diana-simumpande-463371-unsplash.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s