L’anxiété ou la phobie sociale: les premiers pas pour s’en sortir

L’anxiété sociale c’est quoi?

ivana-cajina-423117-unsplash.jpg

Exprimer une opinion à ses amis, présenter un exposé, demander son chemin à un inconnu…ces situations peuvent entraîner des réactions inconfortables: rougir, bafouiller, transpirer. Quand ces réactions sont de l’ordre d’une angoisse intense, d’une tension paralysante, ou d’un évitement systématique de la situation, il peut s’agir d’anxiété ou de phobie sociale. Ce trouble psychologique est considéré pathologique lorsqu’une souffrance et un manque de solutions se sont installés durablement en soi. Cette angoisse peut être liée à des troubles de l’estime de soi ou à un traumatisme.

C’est un sentiment démesuré d’angoisse, de gêne et de honte que l’on ressent face à la peur du jugement des autres dans une ou plusieurs situations sociales qui impliquent de l’interaction ou le fait d’être observé-e. 

Quels sont les symptômes?

L’anxiété peut se manifester lors de situations en apparence anodines: boire un café en terrasse, parler à un commerçant… Chez moi ce sont les repas en société qui me paralysent, je tremble tellement que je ne peux pas manger. L’anxiété s’apparente beaucoup à celle ressentie lors d’une crise d’angoisse. Il se passe des trucs pas cools:

  • dans le corps: accélération du rythme cardiaque, difficulté à respirer, élocution laborieuse, bouche sèche, rougissements, sueurs, vertiges, tics nerveux (tripoter ses mains, se mettre sur la pointe des pieds), fatigue intense, vision trouble…
  • dans la tête: impossibilité de se concentrer, de réfléchir, sentiment envahissant d’être le centre de l’attention, pensées focalisées sur l’angoisse, pensées dévalorisantes, tristesse, désespoir, détresse, panique..
  • dans les actes: fuite des situations angoissantes, consommation excessive d’alcool ou autre désinhibiteur pour y faire face, anticipation (angoisser des semaines avant la situation), évitement, isolement, repli sur soi, dépression…

L’objet de la peur est ici imaginé: on craint le jugement de l’autre que l’on croit extrêmement sévère et dangereux, on craint de ne pas être à la hauteur et les conséquences semblent terribles. « Tout le monde va voir que je suis mal à l’aise », « tout le monde va se moquer de moi ». On sait que cette peur est irrationnelle mais elle ne nous quitte pas.

L’importance d’agir

steinar-engeland-100576-unsplash

Lorsqu’il y a anxiété sociale je crois qu’il est important d’en prendre conscience (de la différencier d’une timidité gênante) et de commencer à s’aider ou se faire aider.

Car ce trouble anxieux qui conduit à un isolement progressif des situations sociales peut générer une solitude encore plus néfaste: c’est difficile d’oser en parler, même à ses proches. Notre entourage n’y voit souvent qu’une trop grande timidité. Il y a beaucoup de honte et le sentiment d’être anormal. Cela peut impacter notre vie professionnelle, amoureuse, amicale: rater ses examens, ne pas oser postuler pour un emploi qui nous plaît, avoir du mal à nouer des amitiés… Cela peut nuire au besoin essentiel de s’accomplir et de se relier aux autres. On espère que ça va passer, que la prochaine fois se passera mieux, ou bien on baisse les bras en se disant qu’on n’y arrivera jamais.

Je considère désormais l’anxiété sociale comme une maladie, non plus comme un défaut qui avec un peu de chance et d’expérience va passer avec le temps: il y a trop de souffrance, il y a urgence.

Les premiers pas pour s’en sortir

nadim-merrikh-307897-unsplash

Evaluer son niveau d’angoisse

Vous pouvez répondre à des tests gratuits sur internet qui aident à situer votre degré de souffrance et d’anxiété ainsi que les cadres qui les provoquent. Je trouve que celui-ci est très instructif en plus d’être rapide.

Comprendre sa peur

Il existe de nombreuses ressources pour comprendre comment la phobie sociale fonctionne et où elle puise ses sources. Il y a aussi des formations et des méthodes pour mieux connaître et vivre avec ses émotions dans la relation à soi et aux autres. Dans le cas (courant) où cette phobie est liée à un trouble de l’estime de soi il existe des ouvrages formidables qui aident à se libérer. (Voir Ressources au bas de cet article)

Se relier à d’autres

Ecrire votre témoignage sur un forum dédié à cette thématique peut vous aider à prendre conscience de votre expérience et à libérer une partie de votre poids. D’autres personnes sont dans ce cas, au stade de la souffrance comme au stade de la libération. Dans la vie « réelle » de nombreuses villes voient se réunir des groupes de parole et de soutien pour les personnes souffrant d’anxiété sociale, cela peut être l’occasion de sortir d’un sentiment de solitude. (voir Ressources)

Oser en parler à une personne en qui l’on a confiance

Cette étape fut pour moi une des plus difficiles, mais aussi une des plus libératrices. Ma famille me considérait timide, mes amis « sauvage ou ermite » mais je n’avais jamais ouvert mon cœur sur ce que je traversais réellement. Ce fut un pas immense vers l’acceptation de soi que de prendre le risque de m’ouvrir à quelqu’un. Si vous avez quelqu’un dans votre entourage en qui vous avez confiance, parlez-en lui. A ce moment là, on ouvre un espace dans sa vie où il y a de la place pour notre souffrance, où elle peut être reconnue et acceptée par quelqu’un qui ne nous rejettera pas pour autant.

Suivre une thérapie

L’anxiété sociale est reconnue par le corps médical, il existe différentes thérapies qui ont fait leur preuve pour s’en sortir. D’après mes recherches, les thérapies cognitivo-comportementales sont les plus recommandées. Elles sont orientées vers l’action et la reprogrammation de ses croyances et de ses comportements. D’autres axées sur le corps (respiration, ré-équilibrage énergétique, libération des émotions) me semblent pertinentes.  (Voir Ressources)

Agir: vivre les situations sociales

Ceci est pour moi le plus important. Si l’on a envie de participer à une situation sociale il faut écouter son envie et non sa peur: il faut y aller. Il faut cependant se fixer un objectif atteignable où l’échec est exclu.

Par exemple, si vous avez très envie d’aller à une soirée qui vous terrorise, fixez-vous l’objectif d’y aller et d’y rester 15 minutes. Ou d’y aller et de ne rien dire, juste d’y participer. Si vous avez la chance d’y aller avec un ami ou votre conjoint-e accordez- vous ensemble sur ces conditions. Vous vivrez un moment inconfortable, comme d’habitude, mais vous rentrerez chez vous fier-e d’avoir réussi votre objectif, d’avoir écouté votre envie et surtout conscient-e qu’il ne vous est rien arrivé de grave. Vous comprendrez que le pire s’est passé dans votre tête avant d’y aller, où tous les pires scénarios ont été envisagés. Aucun d’entre eux ne s’est réalisé, maintenant vous le savez. Et croyez-moi, plus on se confronte à ces situations en faisant évoluer ses objectifs doucement, moins ils font peur, plus ils deviennent familiers: la vie redevient possible. 

Conclusion

Si vous pensez vivre une anxiété sociale, sachez que:

Vous n’êtes pas seul-e

Vous êtes en sécurité

Vous n’êtes pas anormal-e

Vous êtes capable de vous en sortir

Vous êtes à la hauteur, quoi que vous fassiez

Depuis mon enfance, ma phobie sociale m’a beaucoup fait souffrir. J’ai longtemps cru que je n’en serais jamais libérée mais j’ai trouvé des clefs pour m’en sortir. Ça a été long, difficile, mais aujourd’hui je vis avec beaucoup plus de sérénité et j’ose aller boire un café sur une terrasse bondée ou dîner avec ma belle famille. C’est toujours difficile c’est vrai, mais je ne m’empêche plus de le faire. En comprenant mon vécu, mes émotions, en travaillant sur mon estime de moi, ma respiration et mon lâcher-prise, j’ai réussi à apaiser mes angoisses. C’est le travail de toute une vie, mais croyez-moi, c’est possible. Nous avons le droit de vivre tels que nous sommes, imparfaits et libres, sans se laisser paralyser par la peur du regard des autres. Bonne route à vous.  


RESSOURCES

> Des livres qui aident à mieux se comprendre et à s’accepter :

41+siBo5m+L._SX322_BO1,204,203,200_               61EM5ceH1zL.jpg              téléchargement

41fRJtOMIgL._SX210_.jpg                 41BWhkZNv-L          71UvlkDDZML.jpg

> Des sites pour comprendre, s’évaluer, se relier aux autres:

  • phobiesociale.org : descriptions, tests, témoignages, bibliographies, listes d’associations nationales et de professionnels
  • anxietesociale.org : description très complète , thérapies, pistes d’auto-traitement
  • deploie-tes-ailes.org: forum, excellente documentation,témoignages, tests

> Des formations (si avez un emploi, renseignez-vous sur votre compte personnel de formation):

  • IFMAN (Institut de Formation et de Recherche du Mouvement pour des Alternatives Non Violentes):  bienveillance, intimité, groupes de parole et mises en situation pour comprendre et exprimer ses émotions, communiquer en sincérité, faire face aux situations conflictuelles (envers soi ou/et les autres) – à des prix très abordables
  • CEGOS: S’exercer à la prise de parole en public avec un professionnel en petit groupe – formation plus onéreuse mais de grande qualité
  • En anglais: OLDE VECHTE: association hollandaise spécialisée dans le développement personnel, formation pratique mondialement reconnue pour sa qualité et ses résultats: connaissance de soi, dépassement de soi, challenge, confiance en soi

 

Publicités

7 réflexions sur “L’anxiété ou la phobie sociale: les premiers pas pour s’en sortir

    • Merci pour votre retour. Je pense avoir dit dans cet article à peu près tout ce que je sais à ce sujet, après il me reste mon expérience, et le constat que petit à petit j’arrive à mieux vivre avec tout ça. J’ai un autre article en préparation avec de nouvelles pistes de réflexion pour mieux faire face aux situations sociales angoissantes. Si vous vous reconnaissez dans ces descriptions, je vous invite à consulter les liens de l’article, des sites de professionnels avec un contenu intéressant et si vous souhaitez papoter faites-moi signe, je répondrai un peu plus vite 🙂 Belle journée

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s